Ears meeting beyond horizon

RĂ©union de l’oreille au delĂ  de l’horizon

Ear’s meeting beyond horizon

RĂ©alisation montage mixage :
Anne Castex, Pierre Costard et Alexandre Singier

Conception lumière:
Laura Cottard

Conception scénographique:
Salomé Bathany et Kinga Sagi.

Conteur:
Salif Berthé

Ce projet s’inscrit dans le cadre d’un partenariat entre l’ENSATT, le CNSMD de Lyon et l’IF (Institut Français) à Cotonou. Le spectacle propose au public une immersion sonore à partir de 3 compositions proposées par les étudiants. Un rendez-vous établi en visio-conférence permettra aux publics internationaux et aux partenaires de profiter de cette expérience en simultané.

Cette installation sonore offre la possibilité de prendre LE temps, ce temps pour l’imaginaire, pour l’écoute et la compréhension de notre monde. L’installation est pensée comme collectivement immersive.

 A l’heure oĂą l’écoute est majoritairement individuelle, donner Ă  l’auditeur une Ă©coute personnelle mais en collectivitĂ© nous semble d’autant plus importante. Cette installation audiovisuelle veut aller plus loin en prĂ©sentant, Ă  travers une retransmission vidĂ©o une immersion sonore commune internationale (Mali, BĂ©nin, togo, Afrique du sud et France).

L’objectif est de faire émerger une autre approche de l’écoute, plus humaine, moins individualisée.

« C’est Ă  nous de commencer Ă  Ă©couter le plus profondĂ©ment possible et, d’une certaine manière, de commencer Ă  reconnaĂ®tre que la perception du monde nous donne des informations et un avenir que nous n’aurions peut-ĂŞtre pas si nous gardions cette vision unique et fixe que nous avons. » Lawrence English

Ce projet de création sonore, partie intégrante du festival « Pulsation 2.1 » est né d’une volonté d’associer et de confronter plusieurs mondes sonores.


La composition sonore commence son périple au Bénin, en décembre 2020 par de la prise de son de terrain (field recording). A travers ses microphones et son enregistreur, Pierre Costard est parti en recherche de tout type de matières sonores. Du chant des pécheurs de Cotonou au vendeuses nocturnes du lac Nokoué, du ronronnement d’un Zém à l’ambiance du marché de Dantokpa, des percussionnistes d’Adjarra au calme du bord de mer..

Alexandre Singier quant Ă  lui Ă©crit sa composition grâce Ă  la perturbation d’un espace acoustique. L’intrusion d’élĂ©ments sonores comme la radio, la musique, les klaxons viennent rythmer sa crĂ©ation Ă©lectro-acoustique. Note de l’auteur : « Ă€ l’Ă©coute d’un paradis dĂ©vorĂ© par une amplification croissante de la bande son de notre propre destruction, mĂ©moire des faibles lueurs d’un monde bientĂ´t disparu »


Vient de part ces enregistrements s’ajouter, s’entremêler la composition-électroacoustique depuis les locaux du CNSMD en France. Il y ressort deux thèmes principaux. Celui forgé par Anne Castex (compositrice électro-acoustique) traite du mouvement, du déplacement par différents moyens de locomotion. Elle joue sur un jeu de reconnaissance, d’ambiguïté entre les sons créés numériquement et ceux qui proviennent de notre réalité. Elle souhaite s’affranchir des distances géographiques à travers un lien imaginaire acoustique.

En collaboration avec Salif Berthé (artiste conteur, chanteur et compositeur Malien), l’intégration d’enregistrements studio établissent un lien supplémentaire dans la construction de l’œuvre à travers ses mots, sa diction et son intention.

Remerciements tout particuliers Ă  la team de choc du BĂ©nin (Ambroisine, SĂ©gangan de Ganvier, Pierre, DĂ©sordre, Achille.. sans qui les enregistrements audio n’auraient pas eu cette qualitĂ©. Merci Ă  l’ENSATT, au CNSMD, aux instituts et aux personnes ayant aidĂ© Ă  mener Ă  bien ce projet.